So cliché!*

Tout d’abord, en ce 03 janvier, je pourrais vous souhaiter à tous une très bonne année, une bonne santé, des amours torrides, des gains à l’euromillion, toussa, mais très franchement, ça me dépite. Le début de 2010 (ou de toute autre année grégorienne, d’ailleurs) me laisse totalement froide, et ce pour une bonne raison : en tant que  doctorante, j’ai un rythme scolaire. Par conséquent, pour moi, le début de l’année, c’est la rentrée. Janvier ne rime absolument à rien : aucun renouveau en perspective, 2009 ou 2010, c’est tout un. Rythme de travail inchangé, ni réinscription ni soutenance en vue, juste une grosse fatigue d’après-fête qui me donne envie de me terrer sous ma couette au lieu de reprendre le boulot lundi.

Ma seule résolution pour cette année qui sera celle de mes 28 ans est d’appliquer quotidiennement un anti-ride autour des yeux. Je n’ai aucunement l’intention de prendre la décision de me mettre au sport comme l’an dernier (je n’ai même pas mis les pieds une seule fois à la piscine, mes baskets moisissent dans le placard et mon pantalon de yoga me sert de pyjama) ni de me nourrir mieux (j’ai redécouvert les soupes en sachet et quand je travaille au lycée je mange des sandwiches tous les midi).

J’essaie déjà de m’améliorer quotidiennement et de devenir celle que je veux être. J’ai beaucoup muri ces derniers mois, je me suis retrouvée et affirmée, à tous les niveaux. J’ai des objectifs et je travaille lentement mais surement pour me donner les moyens de les atteindre. Globalement, je suis assez contente de ma progression, mais le contentement va de pair avec l’angoisse et l’appréhension. Plus je progresse, plus je deviens exigeante et plus je ressens le besoin de monter encore plus haut, c’est une pression permanente. En vieillissant, je suis devenue de plus en plus exigeante et perfectionniste. J’ai l’impression de m’être laissée vivre pendant des années sans me poser de question, dans l’insouciance la plus totale. A présent, j’ai une conscience de plus en plus aiguë de ce que je suis, ce que je veux et ce qui me convient.

De même, en grandissant j’ai pris consciences de choses qui m’étaient totalement inconnues ou qui, dans le « milieu » d’où je viens (je mets le mot entre guillemets, n’allez pas croire que je suis née dans le caniveau) n’allaient pas de soi : j’ai appris le raffinement, la bienséance, la rigueur, la décence, le bon goût, tant au niveau vestimentaire qu’intellectuel (exception faite de mon humour foireux). Je me suis départie d’un certain je-m’en-foutisme qui fut un temps ma marque de fabrique. Je tolère de moins en moins les faux-pas et l’à peu près, autant chez moi que chez les autres. De l’extérieur, j’imagine que je dois avoir l’air de moins en moins tolérante et de plus en plus « snob ». J’ai juste l’impression de m’améliorer et de devenir une gentlewoman. J’ai bien conscience que ce billet n’est pas très clair, mais prenez le comme une espèce de bilan de moi à moi.

Au niveau de ce blog, peu de changements en perspective, si ce n’est que je vais faire en sorte qu’il me ressemble (encore) plus, car sous plusieurs aspects je n’en suis pas pleinement satisfaite (contenu, visuel). Je crois qu’à chaque post il faut que je me pose systématiquement la question suivante « Est-ce vraiment MOI? » au lieu de céder à certaines tendances faciles. J’ai envie que ce petit coin soit le plus représentatif possible de ma personnalité, et pas une énième plateforme convenue pleine de poncifs bloggesques. Sinon, je vais reprendre les compte-rendus de films accompagnés de photographies, car je n’en ai pas postés depuis longtemps et j’en ai vus plusieurs que j’ai envie de vous faire partager. Je vous promets le prochain pour les jours qui arrivent.

Sur ce,  soyez-vous et vivez selon vos aspirations, c’est tout ce que je vous souhaite.

* Billet illustré par les photos de Chéri, prises cet après-midi dans les rues montpelliéraines. Où l’on voit que j’ai enfin trouvé les bottes grises que je cherchais. Avant les soldes. Oui.

Publicités

5 réflexions sur “So cliché!*

  1. sonia dit :

    mais c’était très clair… je vois tout à fait ce que tu veux dire, moi aussi je deviens de plus en plus exigeante envers moi, mon travail, les autres, les amis, la vie. On s’affirme, je crois que ça s’appelle « être adulte ».

    à 28 ans. Quel bel âge! Et y paraît que ça s’améliore avec les années!

    Bonne année, j’ai vu Avatar, tu vas pas faire un post sur ce film génialissime au script pourri.

    Je m’aime. Bye

  2. sonia dit :

    au fait… je serai en France pendant février, et les deux premières semaines, dans le sud. Le 6/7 sur Montpel avec des copines, je veux te voir, c’est un ordre.

    Je m’aime 2. 88

  3. Emily G. dit :

    @Madeleine Miranda: Merci beaucoup, finalement la reprise a été moins dure que ce que je pensais!
    @Sonia: Alors dans l’ordre: Je n’ai pas vu Avatar, j’hésite à y aller. En même temps, vu que je pars du principe qu’il sera nul, je ne peux pas être déçue/Ouiiiii je suis là début février (vu que je travaille, je suis un peu obligée!), ça me fera vraiment plaisir de te voir après tout ce temps! On pourra avoir des discussions d’adultes toussa (mais bien sûr!)/ Tu as bien raison de t’aimer/ J’avais compris pour la question 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s