Le secret des poignards volants, Zhang Yimou, 2004.

J’avais promis un article sur Kama Sutra, A Tale of Love, mais il se trouve que ce film, que je pensais toujours avoir, a disparu de mon disque dur. A la place, pour rester dans les couleurs, les costumes opulents et l’Orient, je vous propose Le Secret des poignards volants.

Réalisé par le très talentueux Zhang Yimou, à qui l’on doit, entre autres et pour ne citer que les films que j’ai vus, Le Sorgho Rouge, Judou, Qiu Ju, une femme chinoise, Vivre!, Epouses et Concubine, Shanghai Triad, Pas un de moins, Hero (je m’aperçois en écrivant ces lignes que je suis en fait une fan qui s’ignore).

L’histoire de déroule en 859, à la fin de la Dynastie Tang (et pas de la Dynastie Ming, comme j’ai pu le lire dans certaines critiques – l’erreur est de taille, le règne des Ming ayant débuté 1368, plus de 500 ans plus tard) : Jin et Leo, deux officiers impériaux, sont chargés d’arrêter le nouveau chef des Poignards Volants, des bandits qui dérobent aux riches pour donner aux pauvres (ça nous rappelle vaguement quelque chose…). Apprenant que la fille aveugle du précédent leader du clan, Mei, se cache certainement dans une maison close, ils entreprennent de la piéger afin qu’elle les mène jusqu’à la bande.

十面埋伏 (shí miàn mái fú) en chinois, soit, littéralement, « embuscades venant de dix directions » (on comprend ici que la traduction n’est pas ma spécialité… ahum), le film offre une débauche de couleurs et d’effets visuels ahurissante. Effets spéciaux, scènes de combats hallucinantes avec contorsions, envols, sauts périlleux à la clé, le film est porté par une énergie certaine. Grande amatrice de films calmes et intimistes, Les Poignards Volants m’a tout de même séduite malgré son synopsis on ne peut plus bateau.

L’histoire n’est en effet pas très étoffée et reprends les codes traditionnels du film de sabre chinois (Wu xia pian)  – glorification de l’honneur, de la bravoure, du sacrifice, sans y apporter de modification d’aucune sorte. Les héros, il faut bien le dire, interprétés par trois acteurs phare en Asie, manquent un peu de relief, la seule subtilité résidant dans leur ambiguité (chacun n’étant pas nécessairement celui qu’il prétend être). Tout concorde à faire des Poignards Volants un film au scenario assez convenu  basé principalement sur le visuel.

Néanmoins, j’insiste sur ce point, quel visuel ! Les costumes à eux seuls auraient suffit à me faire perdre la tête, tant ils sont beaux. Même si je doute d’être très objective (je suis fascinée par le costume chinois, notamment les costumes de cour, j’avais même envisagé à un moment de faire mon mémoire de master sur le sujet), on ne peut qu’être soufflé par tant de perfection et de création. Je suis particulièrement ébahie par le costume ci-dessous, qui joue merveilleusement sur les matières et transforme l’héroïne en bambou vivant (costumier ou costumière, qui que tu sois, épouse-moi !).

Les costumes sont mis en valeur par des scènes magnifiques se présentant sous forme de tableaux dans lequels domine une couleur unique (le bleu, le rose, couleur terre, comme dans les captures ci-dessus, ou le vert, sublime, lorsque les héros se retrouvent au milieu des bambous dans le repaire du clan), contribuant à faire du  film un pur enchantement pour les yeux.

J’avoue que le choix des acteurs a compté pour beaucoup dans mon appréciation de l’oeuvre : Takeshi Kaneshiro, toujours très beau (l’adolescente qui sommeille en moi refait surface), que j’avais découvert dans son rôle à la fois dramatique et hilarant d’agent de police dans Chungking Express de Wong Kar-Wai, sorti en 1994 (mon film culte quand j’étais ado), Andy Liu, plus sombre, et Zhang Ziyi, que j’ai appris peu à peu à apprécier (la première fois que je l’ai vue et entendue, j’ai eu une sorte de rejet non rationnel).

Les scènes d’intérieur sont aussi grandioses que celles d’extérieur, multipliant les détails et les couleurs. Les paysages se suivent comme autant de saisons, les champs d’herbes sèches brûlées par le soleil cèdent la place à l’humidité des forêts de bambous, la tempête de neige succède aux feuilles mortes et aux arbres roux pour un final glacial. Je n’en dis pas plus afin de ne pas léser ceux qui compteraient visionner cette merveille, que, vous l’aurez compris, je vous conseille vivement si vous êtes un amoureux de la poésie visuelle (et une grande fleur bleue sensible aux jolies histoires d’amour).

Publicités

12 réflexions sur “Le secret des poignards volants, Zhang Yimou, 2004.

  1. Sarah-Lou dit :

    Ayé, je suis convaincue, merci pour la découverte, je suis passée 10 fois devant ce dvd sans imaginer la débauche de couleurs qu’il recèle… Les couleurs, les costumes, les âmes nobles…. Mes faiblesses!

  2. camille dit :

    je ne l’ai pas vu, parce que je ne suis pas très attirée par les films de sabres, mais là devant les images, je crois que le vent est en train de tourner 😀

    Bon si jamais tu retrouves Kama Sutra, je serais là, j’ai adoré les couleurs du seul Mira Nair que j’ai vu ( Vanity Fair) et j’adorerai découvrir un peu plus son oeuvre!

  3. Eve.G dit :

    j’avais beaucoup aimé également, pas vraiment à cause du scénario qui manquait effectivement d’originalité mais en même temps je suis bon public.

    Ce qui m’a transporté c’est la beauté de l’image, des costumes et des décors (et des acteurs aussi hein) mais tu le décris tellement mieux que moi que mon commentaire n’a aucun intérêt..

  4. Une Princesse... dit :

    J’ai énormément apprécié ce film visuellement, mais je pense qu’il faut être un peu familier avec le cinéma asiatique et chinois, il va un peu plus loin encore qu’un autre film exporté en Occident dont il descend « Tigres et Dragons ».
    Néanmoins, les scènes contemplatives et les costumes (peut-être moins les chorégraphies de combats ou certains dialogues) rendent le film accessible à un public plus « occidental » (même si j’ai horreur de catégoriser ainsi, mais il me semble que les films purement asiatiques subissent toujours de nombreuses retouches et coupes avant l’exportation, justement pour être mieux reçu/compris par une culture dite « occidentale »)

    Au plaisir 🙂

  5. Emily G. dit :

    @Madeleine Miranda : Mais de rien! 🙂

    @Sarah-Lou : Comme quoi, parfois, il suffit de peu ! Bien contente que mon post ait été utile 😉

    @Camille : Si j’ai remplacé Kama Sutra par les Poignards Volants, c’est justement parce-que le topo est un peu le même : beaux costumes, beaux décors, mais une histoire aussi épaisse qu’un sandwich sncf (comme dirait Renaud). En plus, Kama Sutra, c’est vraiment l’Inde en carton pâte, pleine de clichés exotiques.

    @D’autre Temps : Je les ai sélectionnées avec soin 😉

    @Eve G. : Ne me parle pas de la beauté des acteurs, moi ce que j’en dis c’est que Takeshi Kaneshiro et Shiryu, même combat ! 😀

    @Une Princesse : C’est vrai que les scènes de combat sont assez déroutantes pour un occidental, on se dit tout de suite « non mais ÇA c’est pas possible, c’est trop! » (alors qu’on est dans le domaine de la légende, et que bizarrement, une armée d’Orques qui attaque le Gondor, on y croit tout de suite et on est dedans). Ceci dit, il a été relativement adapté pour l’Occident (par exemple, Zhang Yimou pensait que les occidentaux ne feraient pas la différence entre les deux personnages masculins car ils sont vêtus de la même façon, et a donc pensé à faire manger des cacahuètes à Kaneshiro dans une scène où tous eux sont face à face en train de dialoguer).
    Je pense que ce n’est pas catégoriser que de dire que les films asiatiques peuvent être reçus avec circonspection par un public occidental, car les différences, tant au niveau culturel, linguistique qu’au niveau de la pensée et des codes sont énormes.
    Au plaisir également 😀

  6. ela silk dit :

    Oh, mais oui, on a fait presque les mêmes posts! ^^
    Je vais faire un tour sur ton blog, du coup…
    Ah, et j’ai vu aussi Kama Sutra, qui est raiment magnifique!
    Les prochaines captures que je vais faire sont du film Le dernier Empereur…
    Au plaisir!

  7. ykmanulf9 dit :

    Excellente matinée à tous les lecteurs de ce site internet ,

    Pour débuter , donnez-moi l’occasion de vous montrer mon appréciation pour toutes les superbes informations que j’ai découvertes sur cet beau forum de discussions .

    Je ne suis pas certaine d’être au bon section mais je n’en ai pas trouvé de meilleur.

    Je réside à Delta, États-Unis. J’ai 27 années et j’élève 6 très gentils enfants qui sont tous âgés entre 6 ou 12 années (1 est adopté). J’aime beaucoup les animaux et je tempte de leur garantir les biens qui leur rendent la vie plus confortable.

    Merci dors et déjà pour toutes les très pertinentes délibérations qui suivront et je vous remercie de votre compréhension pour mon français moins que parfait: ma langue de naissance est le portuguais et je tempte d’apprendre mais c’est très difficile!

    Arrividerchi

    Arthru

  8. Marmgfm dit :

    Excellente journée à tous,

    Premièrement, donnez-moi la possibilité de vous démontrer mon appréciation pour chacune des super informations que j’ai trouvées sur cet imposant forum de discussions .

    Je ne suis pas convaincue d’être au bon endroit mais je n’en ai pas vu de meilleur.

    Je viens de Lancaster, usa. J’ai 25 ans et j’éduque 2 super enfants qui sont tous âgés entre 7 ou 10 années (1 est adoptée ). J’aime énormément beaucoup les animaux de compagnie et j’essaie de leur donner les accessoires pour animaux qui leur rendent la vie plus agréable.

    Merci dès aujourd’hui pour toutes les formidables délibérations qui viendront et je vous remercie surtout de votre compassion pour mon français moins que parfait: ma langue de naissance est l’anglais et je fais de mon mieux d’éviter les erreurs mais c’est très ardu !

    A bientôt

    Arthru

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s