Y una noche de luna El silencio rompió La guitarra moruna Y una voz que cantó

S’il y a une chose à savoir sur moi, avant les sept autres, c’est que j’ai toujours un train de retard (pour preuve, j’ai commencé à écouter Nirvana quand Kurt Cobain était déjà mort). Mais un léger manque d’inspiration couplé à une envie de dévoiler quelques traits de ma personnalité n’ayant aucun rapport avec ma thèse / la Chine / la littérature/ ma passion pour les cheveux, bref, de toutes ces choses dont je vous abreuve continuellement, m’ont décidée à répondre à ce tag. Sept choses que vous ne savez pas sur moi, donc :

Mon sens de la morale est quasiment inexistant. Absence d’éducation religieuse qui m’a sauvée des notions de « bien » et de « mal », de « ce qui se fait » et « ce qui ne se fait pas » ? Je ne sais, mais j’avoue que je ne suis pas choquée par grand chose. La seule barrière à un acte est pour moi la souffrance que l’on peut causer à autrui et pas la bien-pensance ou les tabous d’une société.

Je suis née en Normandie, dans la vallée industrielle de la Seine, en banlieue rouennaise. Certainement le coin de plus moche de la région, la faute à une ascendance ouvrière. J’aurais préféré naître dans le Calvados (que j’aime d’amour depuis que j’y suis allée en vacances)  comme mon papa mais on ne choisit pas.

Je porte le nom de ma grand-mère car mes grands-parents paternels ne se sont jamais mariés.

J’adore les bateaux. Je ne sais absolument pas naviguer mais j’espère y remédier un jour. J’ai une faiblesse pour les voiliers en bois. D’ailleurs si j’étais un homme je serais capitaine. Ou pirate.

Je ne suis absolument pas impressionnable et je n’ai peur de rien. Ni des souris, ni des insectes, ni du noir, ni des avalanches, ni de mourir lancée à 180 km sur l’autoroute.

Je n’ai aucun instinct maternel. Ma conscience me dicterait de ne pas laisser mourir de faim un nourrisson si j’en trouvais un sur mon paillasson, mais c’est limite. Je ne suis pas sure que ça se soigne.

J’adorerais savoir me battre et me servir d’une arme. Blanche ou à feu (les deux de préférence). C’est mon côté Robin Scherbatsky/James Bond Girl/Lara Croft/Calamity Jane (rayez la mention inutile). J’aime bien me fantasmer en guerrière.

(En fait, au vu des quatre dernières réponses, je crois que je viens de découvrir que je suis un homme, super viril en plus).

Publicités

17 réflexions sur “Y una noche de luna El silencio rompió La guitarra moruna Y una voz que cantó

  1. Bleu Cerise dit :

    Mmmhh … je peux t’apprendre à tirer au fusil, et aussi à charger à la baïonnette, si tu veux ( mais c’est un peu salissant, en fait ). Et sinon j’adore les bateaux 🙂

  2. Une Princesse... dit :

    Je pourrais t’apprendre à te battre mais on m’a appris à ne pas l’enseigner, un secret ancestral, même sous la torture je ne l’avouerai pas…
    Pirate ça me plaît 😉
    Une intrépide qui n’a pas encore découvert sa peur ou qui a pu l’affronter ? (je suis curieuse ^^)

    Pour ton instinct maternel « ne pas faire mourir de faim un nourrisson sur le paillasson » à ce stade-là je ne suis pas sûre que ça ait grand chose à voir avec l’instinct maternel, je serais curieuse de découvrir le nombre d’hommes « très virils » qui le feraient… et sans instinct maternel ^^

    • Emily G. dit :

      Tant pis, je me tournerai vers les moines de Shaolin alors … 😉

      C’est bien pire que ça, je n’ai pas vaincu mes peurs, en fait je n’en ai jamais eu (bon, je n’aimerais pas croiser Jack l’éventreur au détour d’une rue tout de même). Certainement une question d’éducation : mon papa n’est pas du genre stressé par les événements et ma maman est tout sauf une chochotte. Ceci dit j’ai d’autres défauts, hein : s’il pleut, je fais la tête toute la journée, s’il vente, je râle parce que je suis décoiffée, je me plains pendant des heures si j’ai mal au ventre …

      Nourrir le nouveau-né, je suis d’accord, c’est par acquis de conscience, hein 😀

  3. Mona dit :

    « Je n’ai aucun instinct maternel. » : idemmmmmmmmmm !!! Je crois que ça ne se soigne pas, j’espère que ça ne se soigne pas.
    « J’adorerais savoir me battre et me servir d’une arme » pareil aussi, je n’en parle pas parce que les gens trouvent souvent ça bizarre mais j’adorerais apprendre à tirer. Un jour, je prendrai des cours de tir (et là je serai vraiment Bree Van de Kamp, le pied quoi !! 😉
    J’aime bien tes sept particularités, t’es un peu Super-Woman, c’est génial !

    • Emily G. dit :

      Tu sais que ma grand-mère paternelle tirait à la carabine non pas au centre des cibles en carton, mais sur la tranche (oui, la tranche, toute minuscule !) Calamity Jane, je te dis !

      L’instinct maternel reste un mystère pour moi. Déjà quand j’étais toute petite, mes poupées n’étaient pas mes enfants mais soit mes petites soeurs, soit des personnages sans aucun lien familial avec moi. A 28 ans, je trouve que les bébés c’est nul et ça fait peur. j’ai peut-etre oublié de grandir, après tout … 😀

  4. Shane dit :

    J’aime bien, surtout la fin, pour plein de raisons (et c’est à mains nues que j’aimerais savoir me battre ! (trop facile avec une arme ;)))

    • Emily G. dit :

      Oh oui, moi aussi, à mains nues. Je voulais me mettre au kickboxing cette année, mais le club était trop loin, les cours trop tard (et comme je suis une flemmarde invétérée qui n’aime pas le sport, évidement je ne me suis pas trop fait violence) !

      • Emily G. dit :

        Abraham mon chichounet,

        A part projeter un jet d’urine à 1m50 devant soi, il n’y a absolument RIEN qui ne soit pas pour les filles.
        Ton art martial russe me fait pâlir d’envie. Damned.

  5. Emma dit :

    C’est toujours très intéressant d’en apprendre un peu plus sur toi et je t’avoue que je suis ravie de ses révélations ! Non seulement, j’aime satisfaire ma curiosité mais surtout nous découvrir de nouveaux points communs. C’est officiel, je crois que je suis également un mec !
    Je te rejoins parfaitement sur le premier point (ça me rassure vraiment de ne pas me savoir seule dans ce cas car, parfois, mon absence de morale me fait presque peur), je n’ai absolument aucun instinct maternel mais j’adoooooooore la bastonnade ! Toute petite, j’ai appris à tirer avec toutes sortes d’armes (même à l’arbalette) avec mon grand-père et j’accompagnais mon père au stand de tir (mais je restais derrière la vitre, snif).
    Par contre, je suis une vraie fiotte, j’ai peur de tout, du noir, des bestioles, de mon ombre même !
    Enfin, si tu portes le nom de ta grand-mère paternelle (qui a l’air d’être une sacrée guerrière aussi ^^), j’utilise toujours celui de ma grand-mère maternelle à laquelle je tiens mille fois plus qu’à l’autre sorcière paternelle !

    N’empêche, toutes ces nouvelles informations te concernant me laissent penser que tu es une drôle de p’tite bonne femme ma chère Emily !

    PS : « j’ai commencé à écouter Nirvana quand Kurt Cobain était déjà mort » <<< bienvenue au club !

  6. Emily G. dit :

    Moi quand j’étais petite je m’étais fabriqué un arc, puis une fronde, et je voulais être prof de karaté. Pour ce qui est de la baston, mon coté civilisé ne la souffre pas mais comme au fin fond de moi je suis très primaire, j’avoue qu’assister à un match genre « Fight Club » me ferait frétiller sur place. Tant que ce n’est pas moi qui aie mal, je trouve ça très excitant uhuh (et puis bon, avoir envie de mettre une bonne baffe de temps en temps à quelqu’un c’est humain quoi !)
    Sinon, je remercie Dieu (ou assimilé) de porter le nom de ma grand-mère et non de mon grand-père, parce que son patronyme n’était vraiment pas des plus gracieux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s