Et sans doute on verra apparaître quelques dessins sur la buée des fenêtres.

Journée maussade passée à ruminer. Le blues de septembre m’a finalement rattrapée. Le temps est gris, le ciel est lourd, et pour bien faire il pleuvra demain. La rentrée scolaire est intense, je n’ai pas arrêté de la journée, répété cent fois les mêmes choses, donné mille fois les mêmes informations à des élèves différents, fait le tour des sections, trié, photocopié, classé, me suis fait tenir la jambe par la Grande Prêtresse qui m’a donné à résoudre un problème qu’elle aurait pu régler elle-même (comme si je n’avais que ça à faire. Notez que pendant qu’en bas, nous courons partout et tentons d’être efficaces, elle reste assise sur son trône à brasser de l’air en glapissant un ordre et un contre-ordre à la minute). Je suis psychologiquement fatiguée et un peu déprimée par ce temps d’automne. La preuve, mon titre est tiré d’une chanson de Cabrel. J’ai eu froid en me levant ce matin, ce qui m’a donné un petit avant-goût désagréable de ce que seront les aubes hivernales de mes jours ouvrés. Ma rue ressemble à un ville afghane sous les bombes, j’ai même été obligée de faire un détour pour rentrer. Le bon point, c’est que je prépare mon déménagement (adieu le bruit). Le mauvais, c’est que vu la saucée qui se prépare, je risque de ne pas pouvoir trouver de cartons en bon état pour finir d’emballer mes vingt mille paires de chaussures, cent kilos de fringues et ma montagne de vaisselle (Dieu seul sait comment tout ça va tenir dans 30m2).

Je suis un peu grognon, mais tout sera plus calme au boulot dans quelque temps, j’imagine qu’il faut juste que je reprenne le rythme (le lever à 6h30 après un mois et demi de vacances est assez rude). Cela étant, je commence déjà à me dire que je ne me complairai pas longtemps dans ce poste… Ce n’est certes pas le bagne, mais ce que j’y fais ne m’intéresse absolument pas. Evidemment, le but premier de ce job est de vivre en attendant que ma thèse soit terminée, mais j’aimerais bien pouvoir m’épanouir un peu plus professionnellement parlant.

La morale de cet article (très poussée comme on s’en doute), c’est que demain est un autre jour.

Publicités

5 réflexions sur “Et sans doute on verra apparaître quelques dessins sur la buée des fenêtres.

  1. Marine dit :

    ah mais non, faut pas déprimer !!!!! la rentrée, c’est l’automne, les feuilles rouges, allez hop on ressort les manteaux et les fringues qu’on avait oublié qu’on possédait dans le fond de la penderie !

    et puis déménager, ça veut dire une nouvelle déco et feuilletage sans fin des catalogues leroy merlin / ikea… (pour les cartons même par temps de pluie, l’astuce c’est de demander aux commerçants du coin de les mettre de côté, moi j’ai fait mes stocks à la pharmacie la dernière fois!!)

  2. Emma dit :

    Oh ma douce Emily, tu as un petit moral… Je te comprends, bien évidemment, mais tout comme le suggère déjà Marine, il faut penser aux bonnes choses qui arrivent avec septembre et l’automne : les superbes couleurs qui habilleront bientôt la nature, les feuilles qui craquent sous nos pas, les jolis manteaux dans lesquels on pourra se réchauffer tout en étant très élégantes,…
    Et ton déménagement est un peu comme un nouveau départ, c’est forcément stimulant.

  3. Mona dit :

    Aaaah moi aussi je commence à angoisser sur les matins froids et noirs… c’est l’enfer de se lever à une heure correcte (= socialement acceptable) quand il fait 5° dehors et nuit noire pour aller prendre les transports en commun avec tout le monde. Lourds traumatismes de loooooooongues années depuis l’enfance à devoir me lever à 6h pour prendre le bus à 7h et arriver à 8h au collège, puis au lycée…
    Je rêve d’un éternel printemps, saison parfaite !
    Bon courage en tous cas pour ton boulot alimentaire… J’espère que ta semaine finit aussi tôt que l’an dernier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s