Chantons tous son avénement.

Je voulais publier cet article depuis de longs mois, mais certaines choses, à ce moment, m’ont retenue. C’est aujourd’hui avec une très grande joie que je le livre au yeux du monde.

Le 17 novembre 2009, mon « neveu » est né. Je dis « neveu » bien que la maman ne soit pas ma soeur (je suis fille unique, pour le meilleur et pour le pire), mais une amie très très chère. Ne tatillonnons pas sur les liens familiaux, vu que je suis tata Emily, il est mon neveu et c’est tout. Cette naissance (bien qu’elle me file un gros coup de vieux et des rides au coin des yeux) m’a rendue drôlement contente pour mon amie et son chéri, même si à 28 ans, je ne sais toujours pas si j’éprouverais un jour le besoin ou le désir d’avoir des bambins. J’assume dans tous les cas mon immaturité maternelle, et puisque les autres se reproduisent à ma place, il n’y a pas lieu de me poser tant de questions (et entre nous, autant me faire la main sur des marmots qui ne sont pas les miens, uhuh).

Le but de cet article n’est pas de sortir les hautbois et les musettes, mais justement de rendre un petit hommage discret aux heureux parents qui, eux non plus, n’ont pas fait sonner les clairons pour annoncer la naissance du divin bambin. Tout occupés qu’ils étaient à découvrir le miniature Krisprolls, ils ont attendus une bonne semaine pour envoyer les photos. L’accouchement (subi dans la douleur et les larmes) n’a donc pas été suivi par l’envoi des éternel faire-parts gnangnans, des huit-mille coups de fil extatiques annonçant la venue du Messie et de la surenchère de cadeaux de rigueur.

Bien loin de gâtiser sur le nouveau venu, ils ont peu à peu appris à faire connaissance avec lui et à le comprendre. Ils ont appris leur rôle de parents en tâtonnant, sans hésiter à en rire et à se moquer d’eux-mêmes. J’aime leur recul, j’aime leur superbe ignorance des sirènes de l’adoration débilitante. J’aime cette super nana qui me dit en se marrant que son fils la rend chèvre, qu’elle ne comprend pas ce qu’il veut quand elle l’a changé, nourri, bercé et qu’il pleure encore. J’aime qu’elle soit une fille pleine d’auto-dérision et pas l’orgueilleuse génitrice de la huitième merveille du monde. J’aime ce couple à qui il faut un bon quart d’heure pour mettre une couche lavable trop grande au petit et qui explique à l’intéressé, hilare, que ses parents sont des blaireaux et qu’il commence bien mal dans la vie. J’aime qu’ils soient capables d’aimer profondément leur enfant sans en faire un trésor à couver, de s’en occuper du mieux qu’ils le peuvent sans se l’approprier, d’être assez lucides pour savoir que, du simple fait d’être né, le petit ne leur appartient déjà plus.

Mon cher et tout petit Krisprolls, je n’ai pas encore eu l’occasion de te rencontrer, mais je te jure que je viendrai te voir très bientôt. Avec presque un an de retard, je te souhaite donc la bienvenue dans ce monde un peu triste, souvent moche, mais aussi plein d’émotions et de jolies choses qui méritent qu’on les vive. Je compte sur ta maman pour t’inculquer le cynisme nécessaire à ta survie, quant à moi, je t’apprendrai à garder ton sang froid en toute occasion et te dispenserai le moment venu des cours magistraux sur les femmes et la fermentation alcoolique afin que tu ne sois pas trop dépourvu dans cette vie un peu tordue. Ne me remercie pas. Certes, tu apprendras peut-être avant les autres (je gage sur tes quatre ans) que tes parents ne sont pas parfaits et peuvent être, comme nous tous, d’un ridicule à se tordre, mais j’espère que tu en riras bien fort et que tu les aimeras pour ce qu’il valent, car ils valent beaucoup. Crois-en ma grande expérience, tu aurais pu beaucoup, beaucoup plus mal tomber et devenir un roitelet gavé de confitures enseveli sous une montagne de jouets stupides et de preuves d’affections aussi poisseuses qu’inutiles.

Et non, n’insiste pas, je ne citerai pas de noms.

Publicités

10 réflexions sur “Chantons tous son avénement.

  1. Eve.G dit :

    Ce Krispolls n’aurait pu souhaiter plus joli texte de bienvenu !

    Pour ma part, j’espère être bientôt comme ces parents que tu décris, parce qu’il me semble que c’est une très bonne façon de vivre ça, et pour l’instant je suis en mode panique parce que je ne sais absolument pas si je vais bien le gérer…

    • Emily G. dit :

      Mais, mais… tu attends un heureux événement???
      Selon la maman de Krisprolls, c’est normal de paniquer au début… Il faut juste dédramatiser et prendre les choses à la légère (« la couche est à l’envers, pas grave, rions! »)

  2. Marine dit :

    C’est un bel hommage… être parent, ca me semble un gros boulot bien coton (je dis pas ca d’expérience, mais j’anticipe), et c’est rare de voir des gens comme tes amis ne pas se prendre au sérieux avec ça.

    J’adore cet article.

  3. Bernard dit :

    Je rejoins ton point de vue Emily. Qu’elle était pénible cette publicité radiophonique pour un opérateur téléphonique, où l’on entendait le gars annoncer que grâce au téléphone, il allait pouvoir annoncer qu’il avait le plus beau bébé du monde.

  4. clarisse dit :

    Je dois accoucher dans 15 jours, et je t’avoue que « la douleur et les larmes » sont loin de me rassurer ! Pour le reste, j’espère réussir à vivre l’arrivée de mon enfant avec autant de sagesse et d’auto-dérision que tes amis. L’adoration de la huitième merveille du monde, je ne suis déjà pas dans ce mode-là, et j’ai l’impression d’être une alien (mes amies enceintes sont effrayantes de gnangnanitude sur Facebook et partout ailleurs, quand à moi je n’en parle absolument pas…).

    • Emily G. dit :

      Mon amie n’a pas eu de chance, la longueur de son accouchement a été exceptionnelle.
      Si tu n’es pas en mode gnangnan avant la naissance, je te rassure, il y a peu de chance que tu le sois une fois que le petit sera là ! Bon courage pour ta future vie de maman!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s